COBAYES OBLIGATOIRES


Photo by Anna Shvets on Pexels.com

L’exécutif démocrate californien vient d’ordonner que l’ensemble de ses profs se soumettent à l’expérimentation « vaccinale » ARN.

Le gouverneur Gavin Newsom exige en effet que le corps enseignants et administratifs des établissements d’enseignement publics et privés soient « vaccinés » ou fournissent un test hebdomadaire anti-COVID. Alors que cette maladie tue moins nos jeunes que la grippe, le gouverneur a osé fonder l’expérimentation obligatoire sur la protection de la santé des enfants ! De telles atteintes aux libertés fondamentales sont aussi prévues à Hawaï, mais ne s’appliqueront pas aux écoles privées.

Les syndicats d’enseignants n’y étaient a priori pas favorables jusqu’à ce que Randi Weingarten, dirigeante de la Fédération US des Enseignants (AFT) s’engage à ce que son syndicat reconsidère son opposition à l’expérimentation obligatoire dite « vaccination ».  Cecily Myart-Cruz, présidente de l’union des enseignants de Los Angeles (UTLA), affirme que son organisation ne s’opposera pas à la « vaccination » obligatoire. Même son de cloche du côté de l’association des enseignants de Californie dont le président justifie la mesure par la nécessité de rouvrir les classes à la rentrée.

Lâchés par leurs syndicats, les enseignants refusant la piqûre ne peuvent compter que sur l’opposition républicaine qui dénonce cette atteinte aux libertés individuelles.

Anthony Fauci, gourou de Biden en matière médicale, pense tout haut à une ordonnance fédérale qui contraindrait les enseignants de tout le pays à se vacciner. Il pousse les exécutifs locaux à l’imposer pour ne pas avoir recours à un executive order niant les libertés des États fédérés.

La gauche italienne au gouvernement embraie sur l’obligation vaccinale. Elle ne s’inquiète pas trop de l’opposition des enseignants et met en évidence que les Italiens refusant le statut de cobaye ne représentent que 12 % de la population alors que ce pourcentage est deux fois plus important en France. Oui les décideurs politiques italiens citent la France pour justifier l’opportunité de la contrainte.

La BBC précise d’ailleurs que le nombre de likes pour des groupes, blogs et sites anti-expérimentation sont passés de 3,2 millions à 4,1 millions récemment en France.

Le Center for Countering Digital Hate (Centre contre la haine digitale) qui observe les mouvements anti-expérimentation mondiaux – forcément haineux – note que les oppositions aux politiques de “vaccinations” s’expriment en anglais et peu en italien, tout en salissant Riccardo Blengio, maire de Bistagno qui ose dénoncer de façon virulente le tournant totalitaire.

Il apparaît bien évident que la domestication ne se fera qu’en l’absence d’une opposition trop large et virulente, ce qui passe en Californie et en Italie, ne passera qu’en France que si nous baissons les bras.

OSONS RÉSISTER

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s