Le rôle de l’école selon le confinement


La passion d’égalité a détruit l’école la transformant en une gigantesque garderie et un lieu de pensée servile. 

Vous en doutez, pourtant vous sortez comme nous du confinement.

Quelle fut donc la priorité du gouvernement dans le cadre du confinement ?

  1. Réouvrir les écoles pour que les parents puissent aller travailler, repousser éventuellement l’ouverture des lycées et laisser les universités fermées car lycéens et étudiants peuvent se garder eux-mêmes.
  2. Lancer une grande campagne sur « la haine », contre le « racisme » et contre la « maltraitance » puisque hors l’influence de l’école les enfants sont aux mains du réel et de ces familles dont le gouvernement se méfie.

Donc l’école ne sert désormais plus que de garderie et de conditionneur social.

L’école ne sert pas à apprendre, que non, et les élèves ont d’ailleurs été incités à ne pas travailler pendant le confinement.

Interdiction fut faite aux enseignants de sanctionner l’absence de travail ou de récompenser les élèves les plus studieux pendant le confinement tout cela sous le prétexte de la funeste passion d’égalité.

Nos têtes plus  ou moins blondes ont bien appris la leçon d’ailleurs :  rien ne sert de travailler tu ne seras pas récompensé, par contre si tu ne fais rien tu ne seras pas sanctionné et mieux encore tu auras le niveau moyen du grand nivellement.

L’école fabrique donc bien des petits crétins conditionnés, incapables d’émettre une pensée personnelle. La famille est un rempart contre cette tendance et la famille doit donc être détruite.

revelSi bien des bacheliers ne savent désormais plus écrire correctement le français ou exprimer une pensée limpide, si leur niveau de culture générale est en chute libre,  la pente descendante a été prise sciemment par des idéologues de l’égalitarisme il y a un moment, lisons Jean-François Revel à ce sujet :

« Selon la FEN, laisser se manifester des écarts entre bons et mauvais élèves, permettra aux prétendus bons élèves d’acquérir plus de connaissances et plus rapidement que d’autres, ce serait encourager la croyance dans des inégalités naturelles ou des différences quantitatives et octroyer une prime aux bénéficiaires de l’injustice sociale : les bons élèves doivent être maintenus au niveau des mauvais, considéré comme l’équitable moyenne sociale.

Ce système pédagogique anéantit la grande fonction historique de l’école, sa véritable vocation démocratique qui est de corriger les inégalités sociales par les inégalités intellectuelles. L’idéologie qui l’anime postule l’égalité et l’identité de tous les êtres humains. Seules les inégalités sociales expliqueraient les inégalités de réussite dans les études. »

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s