Business collectiviste pour enseignant informé … ou pas


En mars 2004, j’avais déjà mis le pied dans le business collectiviste à destination des enseignants sous le titre « à boycotter d’urgence ». 

J’y faisais référence à toute une galaxie commerciale s’organisant autour de la clientèle enseignante, il y avait effectivement de quoi faire, sauf que depuis la CAMIF a mis la clé sous  la porte, mais d’autres trucs ont bien dû émerger …

Mais lisons plutôt :

Une de mes lectures favorites est devenue le magazine du syndicat des enseignants UNSA (il y a encore pire du côté de la FSU), je l’absorbe dans ses détails à la recherche de scoops bien croustillants, de conneries bien gauchistes ou encore d’informations qui m’apprendraient quelque chose. Et justement les informations qui m’importent le plus en ce moment sont relatives à la connaissance du maillage associatif et entrepreneurial qui, outre les sempiternelles subventions, sert de pompe à finances à l’inépuisable activisme des ennemis de la liberté.

Je me rends ainsi compte qu’à notre corps défendant, moi et vous certainement, par nos actes d’achats de biens ou de services, acquittons le prix de ces cordes qui aspirent à nous pendre.

Ainsi je ne connaissais pas l’association « Solidarité Laïque », j’apprends maintenant qu’elle est une coquille d’entreprises, coopératives et associations. Effectivement son président se trouve être à la tête de la CAMIF, boite de VPC pour fonctionnaires. Ses vice-présidents représentent « Jeunesse en Plein Air », pour les camps de … vacances, la MGEN, mutuelle monopoliste des enseignants qui s’affiche anti-capitaliste et la « Ligue de l’Enseignement ». Son trésorier vient d’ « Arts et Vie », oups un club de vacances que j’ai fréquenté en famille au début des années 80.

L’info s’arrête là, je ne connais pas les prises de positions publiques de « Solidarité Laïque », j’hésite tout de même à leur demander une obole pour l’ADEL. Je me disais bien que la MGEN était irrécupérable, mais enfin pour les autres je ne savais pas qu’ils donnaient dans le collectivisme. Après tout je me trompe peut être, heureusement Internet est là et je vais en avoir le cœur net.

Je tape «Solidarité Laïque » et atterris sur son site, lequel présente une déclaration commune qu’elle a signé avec  … la coordination SUD, argh, le CCFD, oh les théologiens de l’aliénation, Act Up, Max Havelaar France, Greenpeace France, Solagral, … Diantre rien que de la merdouille tout ça. Mon opinion est faîte et je sens poindre le boycott bien Libertarien d’Arts et Vie, CAMIF et consorts. Mais c’est qu’il est curieux le Collet, alors il ouvre ses petits yeux inquisiteurs et lit.

Humpf, la déclaration a à voir avec la Conférence de Cancun et les signataires nous la jouent antimondialiste commençant par la dénonciation des mécanismes de marché et du libre-échange au nom du développement durable, bizarre ça ! Puis, ils affirment que « la moindre des choses serait de reconnaître que tout le monde n’est pas gagnant à ce jeu du libre-échange généralisé ».

Et là, aussi étonnant que cela puisse vous paraître, je suis convaincu, un sentiment de pitié extrême me prend à l’égard de tous ces gentils dictateurs, de ces fonctionnaires corrompus, de ces pauvres politiques. Lesquels dans un environnement mondialisé ne pourront plus gérer leur clientèle protectionniste subventionnée, ne pourront plus rançonner les masos productifs avec cet affabilité qui les caractérise. Mais je suis rassuré comme doit l’être aussi Solidarité Laïque, la conférence a échoué et les relativement riches pourront se préserver de la concurrence sauvage de ces misérablement pauvres du Tiers-Monde grâce aux subventions à l’exportation que nos gouvernements nous rackettent.

Bon j’avoue que sur le coup j’ai l’ironie triste, il n’en reste pas moins que j’approuve Solidarité Laïque en matière de défense du développement durable.
Oui ce concept est aussi au centre de notre pensée bien libérale : nous ne devons pas vivre aux dépens des générations futures. Et c’est au service du développement durable que nous ne pouvons plus accepter ce système de répartition qui force nos jeunes salariés à cotiser en sacrifiant leur génération et la suivante, c’est mettre au premier plan le développement durable que de proclamer que les hommes de l’Etat aggravent leurs crimes en alourdissant les déficits et les dettes budgétaires et sociales, léguant à nos enfants le fardeau d’une faillite inéluctable. Le développement durable implique le passage immédiat à la capitalisation, la fin des dettes et des déficits budgétaires par un reflux tout révolutionnaire du domaine de l’Etat.

Je ne lirais pas plus loin cette déclaration de Solidarité Laïque car je sens que déjà qu’ils nous devancent dans ce combat. Ah vraiment comme on peut se tromper sur des premières impressions, c’est fou non ?…

Xavier COLLET, le 24 mars 2004

 

Publicités
Cet article, publié dans bobo, Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s