Citations à méditer


Les  marxistes prétendent que la dictature, seule – leur dictature bien évidemment  – permettrait d’exprimer la volonté populaire. Notre réponse est celle-ci : nulle  dictature n’a d’autre objectif que sa perpétuation et elle ne peut conduire qu’à  l’esclavage du peuple la tolérant ; la liberté ne peut résulter que de la liberté,  c’est à dire de la rébellion du peuple laborieux et de sa libre organisation.

Michel  BAKOUNINE, Étatisme et Anarchisme

boetieL’État  est le pouvoir tyrannique d’une minorité accepté par une masse consentante.

Etienne  De La BOETIE, Discours de la servitude volontaire 

Les   finances publiques doivent être saines, le budget doit être équilibré, la dette   publique doit être réduite, l’arrogance de l’administration doit être combattue   et contrôlée, et l’aide aux pays étrangers doit être diminuée de peur que Rome   ne tombe en faillite. La population doit encore apprendre à travailler au lieu   de vivre de l’aide publique.

CICERON,   55 avant JC

Ce  qui fait de l’État un enfer, c’est que l’homme essaie d’en faire un paradis.

Friedrich  HOLDERLIN

Dans  tous les États de ce monde, une nouvelle loi est perçue comme le seul remède à  tous les maux. Au lieu d’infléchir ce qui est mauvais, le peuple commence par  exiger de nouvelles lois. Si une route entre deux villages devient impraticable,  alors les paysans disent : »il devrait y avoir une loi sur les routes ».  En cas de récession dans l’agriculture ou le commerce, le père de famille, l’éleveur  ou l’agriculteur fulminent : « c’est des lois de protection de notre marché  que nous voulons ». Du plus grand commerçant au tailleur le plus modeste,  il n’y en a pas un qui n’exige la protection de son commerce. Si un employeur  baisse les salaires ou augmente la durée du travail, le politicien dira « nous  devons créer des lois pour régler ces injustices ». En fait des lois partout  et pour toute chose ! Une loi sur ce qu’il convient de porter, une loi sur les  chiens fous, une loi sur la vertu, une autre pour mettre fin à tous les vices  qui résultent de l’indolence et de la lâcheté humaine.

Pierre  KROPOTKINE, De la loi et de l’autorité

Tout  l’art du politique est de faire croire

MACHIAVEL

L’ennemi  numéro 1 de tout État est l’homme qui est capable de penser par lui-même sans Mencken considération pour les superstitions et les sophismes de la pensée unique. Presque  inévitablement il parviendra alors à la conclusion que l’État   sous lequel il vit est malhonnête, insensé et insupportable, ainsi si cet  homme est idéaliste il voudra le changer. S’il ne l’est pas, il témoignera suffisamment  de sa découverte pour générer la révolte des idéalistes contre l’État.

H.L.  MENCKEN

Surtout,  souviens toi que l’homme qui sollicite tes suffrages est, de ce fait, un malhonnête  homme, parce qu’en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses,  il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas et qu’il n’est  pas d’ailleurs en son pouvoir de te donner.

Octave  MIRBEAU

NietzscheL’État  ment dans toutes les langues du bien et du mal, dans tout ce qu’il dit, il ment,  et tout ce qu’il a, il l’a volé.

Friedrich  NIETZSCHE

Quelques  auteurs ont confondus la société avec le gouvernement, ne laissant  subsister qu’une faible distinction voire aucune distinction entre les deux ;  au contraire, ils ne sont pas seulement très différent, mais possèdent  des origines différentes … La société est dans chaque État  une bénédiction, mais le gouvernement, même dans le meilleur  des cas est une plaie, dans le pire des cas une malédiction intolérable.

Thomas PAINE, Sens commun

 murrayIl  suffit de regarder à travers le temps le livre noir des meurtres de masse, de  l’exploitation, de la tyrannie exercés par les États sur la société pour ne plus  avoir peur d’abandonner l’État Léviathan … et d’essayer la liberté.

Murray  ROTHBARD, Pour une nouvelle liberté

Toute  personne qui veut vivre libre est censée comprendre ces points cruciaux :

1.  Que chaque homme qui remet son argent entre les mains d’un prétendu État lui donne  une épée qui sera utilisée à son encontre afin de lui extorquer plus d’argent  encore et de le maintenir dans la sujétion vis-à-vis de sa volonté arbitraire.

2.  Que ceux qui prennent cet argent, sans le consentement des contribuables, en feront  usage pour perpétuer le racket et la sujétion et se dotent donc des moyens de  rendre toute résistance fiscale impossible par la suite.

3.  Que c’est une parfaite absurdité que de supposer qu’un corps constitué prend de  l’argent sans le consentement des contribuables, dans le dessein de les protéger,  d’ailleurs pourquoi les protégerait-il s’il n’en a pas la volonté ?

4.  Que si un homme a besoin de protection, il est capable d’en obtenir une lui-même  et personne ne devrait lui imposer un service de protection particulier à son  insu.

5.  Que la seule sécurité dont nous puissions jouir à travers la liberté politique,  c’est de conserver notre argent dans notre poche, en attendant d’obtenir l’assurance  qu’il sera utilisé ainsi que nous le souhaitons, à notre profit et nous pas à  nos dépens.

6.  Qu’aucun État ne peut raisonnablement emporter notre confiance, qu’on ne peut  le supposer honnête aussi longtemps qu’il prétend que son existence repose sur  la pleine adhésion de l’ensemble de la population.

Lysander  SPOONER, La constitution de l’absence d’autorité

L’État  est l’ennemi, le meurtrier de l’individu, l’association en est la fille et l’auxiliaire;  le premier est un esprit, qui veut être adoré en esprit et en vérité, la seconde  est mon oeuvre, elle est née de moi. L’État est le maître de mon esprit, il veut  que je croie en lui et m’impose un credo, le credo de la légalité. Il exerce sur  moi une influence morale, il règne sur mon esprit, il proscrit mon moi pour se  substituer à lui comme mon vrai moi.

Bref,  l’État est sacré, et en face de moi, l’individu, il est le véritable homme, l’esprit,  le fantôme. L’association au contraire est mon oeuvre, ma créature; elle n’est  pas sacrée et n’est pas une puissance spirituelle supérieure à mon esprit.

Max  STIRNER

J’approuve  de tout mon cœur le principe, – « Le meilleur gouvernement est celui qui gouverne  le moins; » et j’aimerais qu’il en aille ainsi plus rapidement et plus systématiquement.  Mis en pratique, ce principe aboutit à ce que je crois, – « Le meilleur  gouvernement est celui qui ne gouverne pas du tout; » et quand les hommes seront  prêt pour cela, ce sera le gouvernement qu’ils obtiendront.

Henry David THOREAU, Du devoir de  désobéissance civile

Publicités
Cet article, publié dans Institutions de la liberté, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Citations à méditer

  1. JFA à Montréal dit :

    Le mot contribuable me donne des boutons ! En anglais, « taxpayer » est beaucoup plus neutre, n’implique pas le consentement que le mot contribuable implique. Je préfère de loin l’expression « les confisqués » . Wikipedia (anglais) rapporte:
    Confiscation, from the Latin confiscatio ‘joining to the fiscus, i.e. transfer to the treasury’ is a legal seizure by a government or other public authority. The word is also used, popularly, of spoliation under legal forms, or of any seizure of property without adequate compensation.
    D’utiliser un mot tel que « contribuables » / contribuer
    contribuer, (selon http://www.cnrtl.fr/definition/contribuer) Empr. au lat. impérial contribuere « apporter sa part ».
    « sa part » implique que l’on reconnait la part que l’on apporte. Apporter est un geste volontaire.
    Les taxes n’ont RIEN de volontaire !
    Donc, svp, ne plus utiliser le mot « contribuable » pour parler de ceux qui se sont fait confisquer.
    L’usage précis des mots révèle beaucoup de l’infâmie camouflée stratégiquement sous des petits mots jolis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s