Pourquoi la propriété privée ?



Cela date un peu, mais Le Nouvel Économiste du 11 janvier 2002, a donné la plume à notre ami et membre de la liste « Les Libertariens », Philippe Simonnot dans le cadre d’une rubrique intitulée « les grands penseurs de l’économie ». Je n’ai patrio2malheureusement que le quatrième épisode, celui consacré à Aristote, mais je tiens à en ressortir les 5 arguments en faveur de la propriété privée, développés il y a 24 siècles, tels que nous les a synthétisé Philippe Simonnot.

  1. La propriété privée encourage une plus  grande productivité, et donc le progrès. « Ce qui est commun au plus  grand nombre fait l’objet des soins les moins attentifs. L’homme prend le plus soin de ce qui lui est propre ; il a tendance à négliger ce    qui est commun. »   Sur ce point nul besoin d’une longue démonstration, en dépit du matraquage relatif à la bonne « attitude citoyenne » en matière environnementale, les papiers gras, canettes et mégots s’entassent sur les trottoirs et défigurent les jardins publics.      

  2. La propriété collective engendre des disputes infinies, car, sous un tel régime, chacun va se plaindre de ce  qu’il a travaillé plus et reçu moins que les autres, ce qui n’est pas  le cas lorsque chacun travaille chez lui.  Eh oui, la revendication est dans la nature humaine et certains ont l’habitude de tirer au flanc autant qu’ils le peuvent, il n’est pas juste qu’il profitent autant que ceux qui travaillent. C’est le grand problème du communisme qui ne se résout que par un flicage généralisé et la pratique de la délation.        

  3. La propriété privée correspond à la  nature de l’homme, à son amour pour lui-même, pour la possession  exclusive des biens et pour l’argent.  Voila qui témoignerait d’une nature égoïste de l’homme. Mais que cet égoïsme soit mis au service de tous ; il permettra de ne s’enrichit qu’en satisfaisant les besoins des autres.         

  4. La propriété privée a existé en tout temps et en tout lieu ; imposer la collectivisation serait contraire à ce que l’on sait de l’expérience humaine. Quant à l’expérience humaine de collectivisation par le communisme, elle est la cause de 150 millions de morts.         

  5. Seule la propriété privée donne aux    gens la possibilité d’agir moralement, c’est-à-dire de pratiquer les vertus de bienveillance et de philanthropie, possibilité qui, à en croire    notre philosophie, serait anéantie par la propriété collective. Il faut effectivement avoir le choix de donner ou de ne pas donner pour faire preuve de vertu par le don.         

Commentaires d’après la rubrique de Philippe Simonnot

Publicités
Cet article, publié dans Privatisation, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s