La dissolution du peuple est en marche


La répression des bonnets rouges un certain 11 novembre

François Hollande a été hué lors de la célébration du 11 novembre.

Manuel Valls comme à son habitude a parlé d’incidents inacceptables et insupportables organisés par l’extrême droite.

Il n’a pas tout à fait tort cependant car ce qui s’est passé est effectivement inacceptable et insupportable. Comme le montre cette video, le port du bonnet rouge était semble-t-il interdit ce jour là et la foule commence à se manifester lorsque de paisibles participants désireux de mettre en évidence leur solidarité avec les manifestants anti-écotaxe sont pris à partie par les forces de l’ordre.

Voila qui rappelle la répression de la grande manifestation de la manif pour tous.

Inacceptable cette violence sur ordonnance, pour laquelle l’ensemble de la gauche est solidairement responsable.

Solidarité d’État sur fond de mémoire

 Et que veut dire « extrême droite » quand la tonalité nationaliste est reprise par cette gauche ?

Ainsi Stéphane Le Foll parle d’une extrême droite qui n’aime pas la France, et d’un nécessaire respect d’un moment de recueillement, il parle aussi d’une expression qui consiste à contester la mémoire d’un grand pays comme le nôtre.

Diantre, un grand pays qui frappe fort.

Harlem Désir parle d’une insulte à notre mémoire nationale et attend de toutes les formations politiques républicaines un soutient à cette répression.

Fichtre, ne serais-je pas républicain ?

Jean-Christophe Cambadélis est choqué de ce qu’une sonnerie aux morts de 1914 puisse être sifflée et huée.

Voila qui n’est pas gentil pour François Hollande.

Le plus drôle vient du politique inconnu, un certain Yann Galut qui avait déjà essayé de se faire connaître sur le dos de Gérard Depardieu et qui communique par twitter : « Les faits des # BonnetsRouges et de l’#extremedroite sont une insulte à nos morts et à nos anciens combattants ! #honteux »

En voila un propos excessif et donc aussi insignifiant que celui qui le profère.

Mais à droite on a aussi entendu des conneries au nom de la « mémoire ».

Choquant mais en rien étonnant 

Il est donc nécessaire de se faire son opinion sur la réalité de ce qui s’est passé ce jour là, une réalité qui révèle l’état de liberté dans un pays.

Ces images, telles qu’elles apparaissent crûment dans la video qui suit, sont à proprement parler choquantes, elles ne sont cependant en rien étonnantes.

Il est juste dommage que le parti pris du cameraman soit nationaliste et ne permette pas de dénoncer en même temps la propagande gouvernementale autour d’un crime d’États qui s’appelle la Guerre de 14-18.

Le crime se commémore par coups et blessures

La France ce ne sont pas les hommes politiques qui parlent en son nom, mes aïeux ont souffert de cette guerre, des familles ont été brisées quand les leurs ne sont pas revenus ou comme les miens ont fini par mourir des gaz ou des conditions atroces dans les tranchées. Pas assez amochés pour être mutilés, mais suffisamment atteints pour déclencher une maladie contagieuse comme la tuberculose qui ne leur a pas permis de retrouver leur famille.

Les politiques de 1914 ont fait 19 millions de morts et 21 millions de blessés, ils ont facilité la prise du pouvoir par les communistes en Russie, ont nourri le fascisme en Italie et le nazisme en Allemagne.

La commémoration d’un crime d’États en 2013 c’était la répression et l’appel au soutien de la répression, rien que de très normal en somme.

Cet article, publié dans Manipulation, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s