Scandale : un rapport enterré pour complaire aux syndicats


Il y a quelque chose de pourri dans la cagnote des syndicats

Deux évènements simultanés se produisent sous nos yeux et sont étroitement liés : l’entrée « officielle » de la France en récession et l’omnipotence des syndicats.

La récession, faisant suite à une panne de croissance vertigineuse, est le résultat pitoyable de plusieurs années de gouvernements situés à gauche, non par leurs déclarations mais par leurs actions ou omissions. Elle se continuera quel que soit le résultat de l’élection de 2012 : tous les programmes se ressemblent, à quelques nuances près, et nous mènent à la ruine. Le plus étonnant est qu’Angela Merkel pousse aussi à cette ruine : elle ne s’aperçoit pas ou, par idéologie, ne veut pas s’apercevoir que l’économie allemande peut, elle aussi, se trouver emportée vers la destruction vers laquelle les 27 s’engagent résolument.

Dans le cas particulier de la France, l’omnipotence des syndicats est au coeur du problème avec leur richesse insolente dont les détails ces jours-ci dans fleurissent dans tous les media. En 2007, ils ont reçu solennellement le pouvoir qui leur a été donné par le président sorti des urnes ; depuis lors, par une faute grave, leur omnipotence, au demeurant ancienne, a perduré. Leur richesse et celle de leurs chefs s’est consolidée. C’est d’autant plus intolérable que leur représentativité est sujette à discussion, voire extrêmement faible.

UNE BOMBE

Dans ce paysage, une véritable bombe vient d’éclater et la « médiacratie » en a peu parlé laissant une large place au tour d’horizon habituel des crimes qui se produisent un peu partout.

Un rapport de 700 pages a été réalisé sur le financement de ces syndicats, suite à la création au sein de l’Assemblée d’une commission d’enquête le 8 juin dernier. 700 pages, ce n’est pas rien et une centaine de personnalités ont été auditionnées, non sans peine tant le terrain est miné ; le coût même du rapport doit être astronomique ; la commission créée à cet effet était présidée par un député nouveau centre, Nicolas Perruchot, très connaisseur du sujet. Le rapport dissèque pour la première fois les 4 milliards d’euros de financements annuels directs ou indirects de nos syndicats, nécessaires faute de cotisations. En effet, les cotisations des adhérents n’apportent que 3 à 4 % du financement. Les connaisseurs sont au courant depuis longtemps du scandaleux sujet ; la nouveauté est qu’un rapport officiel vient de faire éclater la terrible réalité.

Monsieur Bernard Accoyer, président de l’Assemblée a décidé qu’il n’était pas possible de publier le rapport et, sauf erreur, une telle décision est unique dans l’histoire des rapports de l’Assemblée. Il a déclaré que la commission d’enquête avait ainsi terminé son existence. La bombe était si forte que son éclatement aurait menacé le système entier et qu’une chape de béton s’imposait ! Certes, il y eut certaines protestations, et même du côté syndical, contre l’arbitraire de la décision ; les protestataires, présentés abusivement comme courageux, savaient très bien que la décision salvatrice était prise et qu’elle corroborait leur toute puissance quasi totalitaire. Le seul avantage du rapport est que les langues se sont déliées et que beaucoup d’informations ont circulé.

DES FAITS

Voici quelques faits disparates aussi bien dans leur nature que dans leur importance : À Pékin, en September 2004, 180 dirigeants français des caisses de sécurité sociale ont séjourné dans les plus luxueux hôtels de la capitale de la Chine. Motif : participer à l’assemblée générale de l’association internationale de sécurité sociale. Le nombre stupéfia les autres délégations.

Le 8 novembre 2004, selon un présentateur de France 2, un chauffeur de la CFDT a avoué que toute sa vie il avait été rémunéré par le Crédit Lyonnais, qu’il ne voyait que pour aller toucher sa feuille de paie.

Le président de la CGC a confié tout sourire qu’il était appointé par Total et que son trésorier l’était par les Pompes Funèbres générales ; 28 personnes du siège étaient rémunérées par des firmes privées.

À la même époque, la télévision a déclaré à propos d’une multinationale que dès qu’un salarié était nommé délégué, il recevait une promotion. Qu’il choisissait parfois lui-même. Bien mieux : il y avait aussi d’autres avantages : embauches de proches, primes et indemnités de logement de gaz et de chauffage.

C’est la mairie de Paris qui de 1990 à 2001, soit pendant onze ans, a payé un des domestiques de Marc Blondel baptisé « garde du corps ». Le contrat a été finalisé lors d’une petite fête dans un restaurant landais de la capitale le 11 mai 1990.

Après ces « menus » faits, voici plusieurs sources de la « rivière argentée » : la formation professionnelle des adultes ou FPA, le paritarisme avec le patronat dans une foule d’organismes comme les caisses de retraite, le dialogue social, les comités d’entreprises, le conseil économique, social et environnemental, avec ses succursales.

La Cour des comptes, dans un rapport publié le 6 décembre de cette année, vise le comité d’entreprise de la RATP et demande l’ouverture d’une enquête pénale : appels d’offres douteux, doubles facturations, dépenses somptuaires. La charge du comité d’entreprise représente 113 euros par agent. Il s’y ajoute la subvention aux oeuvres sociales qui multiplie d’une façon importante la manne financière du syndicat. Cette étude est tombée sur la RATP mais aurait pu aussi tomber ailleurs. En effet, si la Cour des comptes ne se dérange pas, l’omerta est la règle. Depuis la loi Waldeck Rousseau de 1884, les syndicats n’avaient pas de comptes à fournir. La loi d’août 2008 sur leur représentativité les y oblige désormais, mais personne n’est vraiment pressé !

RUINE ET DESTRUCTION

La ruine infligée au peuple français par cette situation accablante ne vient pas seulement par le formidable détournement d’argent dont les chefs sont les princimaux bénéficiaires mais aussi par la destruction des entreprises et l’usage perpétuel et abusif de la grève. Dans cette action meurtrière, les chefs syndicalistes forment une alliance de fait avec les politiques, dont les chefs détournent aussi beaucoup d’argent. Le plus grave, peut-être, est que ces fausses élites se livrent publiquement à des actes immoraux, ce qui explique, en autres causes, le mépris qu’elles encourent de la part de la population.
Madame Thatcher arrivée au pouvoir, se trouva devant des syndicats encore bien plus puissants que les syndicats français aujourd’hui. Elle sut les briser et les péripéties du combat méritent d’être connues et analysées.

Michel de PONCINS, Tocqueville Magazine, le 19 décembre 2011

Nous n’acceptons pas que ce rapport soit enterré, alors nous aussi nous signons la pétition

Le député Perruchot menacé pour vouloir dire la vérité : la loi du silence profitera-t-elle encore aux syndicats ?

Publicités
Cet article, publié dans Syndicalisme, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Scandale : un rapport enterré pour complaire aux syndicats

  1. Ping : Rapport sur le financement des syndicats : lettre de Nicolas Perruchot « Associations des Contribuables Berrichons

  2. Bonjour, vous pouvez aussi vous intéresser au scandale des des salariés précaires des collectivités territoriales qui servent à faire fonctionner l’épicerie électorale et qui une fois que leurs contrats (plusieurs souvent à la suite) au mépris des règles sur les contrats des règles de l’administration, se retrouvent comme cela au chômage payé non pas par les assedic mais par les collectivités territoriales (c’est à dire nos impôts) C’est comme cela que pour des postes pérennes et indispensables dans des mairies par exemple nous payons plusieurs personnes, celle qui est en postes et les ceux qui ont précédé sur le contrat et qui touchent le chômage. Un scandale jamais dénoncé même pas par les syndicats qui refusent de s’occuper de ces contrats illégaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s