Construire sa liberté


Construire sa liberté

Une interview de

Frederick Mann

réalisée par John Preston – Young American for
Freedom

Frederick Mann est un homme d’affaire possédant des participations dans de nombreuses affaires florissantes, il a écrit « Le viol économique de l’Amérique », consultable sur : http://www.buildfreedom.com/tl/rapecon.htm
Il est l’auteur de nombreux articles et rapports ainsi que le fondateur de l’Ordre du Monde Libre, connu aussi sous le nom de Terra Libra.

Monsieur Mann, sur votre site web, vous prêchez la « construction » de la liberté plutôt que la lutte contre la tyrannie ou le combat pour la liberté. Pouvez-vous nous expliquer ce que vous entendez par construire la liberté ?

L’une des idées principales dans la construction de la liberté est que le pouvoir des tyrans dépend du soutien qu’ils reçoivent de leurs victimes. En général ce soutien prend la forme des taxes acquittées par les victimes, c’est aussi l’obéissance des victimes aux tyrans, la docilité des victimes à fournir des informations personnelles les concernant, l’autorisation donnée par les victimes à toutes mesures de contrôle et de régulation entreprises à leur égard, la demande et l’utilisation par les victimes des « services » fournis par les tyrans et la participation des victimes à l’élection des tyrans.

Une autre des principales idées fondant la construction de la liberté est que quand vous vous opposez à quelque chose, apparaît automatiquement une réaction de répression vis-à-vis de l’opposition. Une manifestation extrême de ce phénomène est représentée par l’exemple du massacre de Waco.

Quand je dis « Construire la liberté », je veux demander aux gens de retirer leur soutien aux tyrans et au système qu’ils ont instauré, et ce, autant qu’ils le peuvent. Qu’ils échappent à la tyrannie autant que cela leur est possible sans risque de s’attirer la répression. Qu’ils apprennent à vivre libre dans un monde qui ne l’est pas, qu’ils créent ainsi leur propre liberté.

Vivre libre requiert ce que j’appelle la technologie de la liberté, laquelle consiste en des connaissances pratiques, des méthodes et des savoir-faires pour tromper les tyrans et se situer à la frontière de ce qu’ils nous permettent. La technologie de la liberté inclue les moyens d’assurer sa propre défense en cas d’agression orchestrée par les tyrans. Si un policier vous ordonne de vous ranger, vous désirez régler le problème de la manière la plus sûre, vous obtempérez pour en avoir fini le plus tôt possible. Si un tyran vous envoie une lettre de menace, la solution idéale est d’y répondre par le contenu d’une lettre poussant le tyran à vous laissez tranquille et à rechercher une proie plus facile.

Un autre aspect de la construction de la liberté est la création d’institutions facilitant cette construction. Des exemples existent dans des secteurs où les transactions peuvent s’effectuer en dehors de la connaissance et du contrôle des tyrans ; il s’agit d’institutions économiques qui ne vous volent pas une partie de vos économies pour les remettre aux tyrans, ce sont des sécurités sociales privées, des systèmes d’énergie, de communication alternatives, etc … L’Internet est le meilleur exemple de ces institutions qui  facilitent la construction de la liberté.

Mr Mann, si je vous comprends bien, vous sous-entendez que le fait de voter constitue un soutien aux tyrans. Pensez-vous alors que le Parti  Libertarien devrait être dissous et que les libertariens ne devraient pas voter  ?

Dans le cadre de cet interview je distinguerais deux niveaux de promotion de la liberté. Jusqu’à présent je n’ai évoqué que le second niveau : le retrait de tout soutien au tyrans. Malheureusement opérer à ce niveau peut paraître si irréaliste à beaucoup de partisans de la liberté qu’il leur est difficile de l’envisager.

Pour la plupart des partisans de la liberté, il convient mieux d’opérer à ce que j’appelle le premier niveau. Il s’agit du niveau dans lequel vous apprenez la philosophie et les principes de la liberté, à ce niveau il vous appartient d’apprendre et de faire connaître, de soutenir le Parti Libertarien.

C’est là le niveau fondamental dans la défense de la liberté car c’est le meilleur moyen de toucher le peuple. Le premier niveau est également celui où les partisans de la liberté se mobilisent dans des campagnes telles celle visant à lutter contre la censure sur Internet, stopper le flicage organisé par l’État à travers le droit de communication, défendre la légalisation de la marijuana, etc ….

Bien que je consacre personnellement la plupart de mon temps au second niveau, je soutiens le Parti Libertarien.

Mr Mann, qu’est ce qui vous a incité à créer l’Ordre du Monde Libre ?

C’est un antidote au « Nouvel Ordre International »

Pourquoi avez vous choisi l’expression latine Terra Libra ?

En fait en latin je pense que cela se traduirait plutôt par « Terra Libera mais « Terra Libra » sonnait mieux. Terra Libra se réfère à « Terre Libre ». Dans la mesure où les hommes se seront libérés, ils feront partie intégrante de Terra Libra ou de l’Ordre du Monde Libre ». L’Internet et d’autres institutions alternatives font déjà partie de Terra Libra.

Je fais la distinction entre 3 secteurs économique : le public, le privé, et la libre-entreprise. Le secteur « public » est le secteur coercitif ou secteur « maître ». Ses activités sont basées sur la violence, la menace, la fraude et le lavage de cerveaux. Le secteur « privé » est une sorte de secteur « esclave », contrôlé par le secteur « maître ».

Cependant il existe beaucoup de « maîtres » dans le secteur privé, lesquels achètent les tyrans du secteur public pour en obtenir des privilèges spécifiques comme une position de monopole, des tarifs douaniers, des subventions, etc.

La plupart des tyrans du secteur privé dérobent une partie de l’argent de leurs employés pour le remettre entre les mains des tyrans du secteur public. Du point de vue de la construction de la liberté, le secteur privé est donc nuisible aussi bien que le public.

Le secteur de la libre entreprise s’appuie sur les droits de propriété, l’association volontaire et l’échange, il est loin d’être à l’origine de la moindre tyrannie. Ces activités économiques dénuées de toute fraude ou coercition font partie de l’Ordre Mondial Libre ou Terra Libra. Lorsque les individus se libèrent, ils orientent une plus grande partie de leurs activités économiques vers la libre entreprise. C’est ce que j’appelle le « tournant Terra Libra ». C’est là un aspect essentiel de la construction de la liberté.

Dans votre site web vous abordez des domaines différents allant des allégements fiscaux à l’amélioration de la santé. Pourquoi un spectre si vaste de préoccupations ?

La liberté peut être considérée comme l’ensemble des options possibles et désirables se présentant aux individus. Une de ces options consiste à posséder les fruits de son labeur et d’en jouir comme bon nous semble (dans la mesure où l’on ne nuit pas aux autres). Si vous êtes malade, immobilisé dans votre lit, les options désirables seront plus restreintes, vous serez moins libre. Construire la liberté implique aussi optimiser votre santé et votre forme.

Monsieur Mann, les Young Americans for Freedom et l’ACLU ont lancé un débat sur l’affirmative action à l’Université d’État de Pennsylvanie.
Pourriez-vous éclairer nos lecteurs sur votre position quant à cette question ?

Tel que je le vois et en simplifiant à l’extrême cette  question, l’affirmative action suppose que les tyrans volent Paul pour payer Pierre car dans le passé Paul et les tyrans se sont rendus coupables de vols à l’égard de Pierre.

L’affirmative action rend ses bénéficiaires plus dépendant des larcins du tyran. En général, les individus qui veulent construire et maximiser leur liberté ne devraient pas dépendre de l’affirmative action.

Pour autant, un créateur de liberté pourrait à raison avancer :  » Quoi que les tyrans aient volé, ils sont des forbans corrompus n’ayant nul droit de posséder quoi que ce soit, j’ai donc le droit de leur reprendre tout ce qu’il m’est possible sans me mettre en danger ».

Monsieur Mann, j’écris actuellement un pamphlet sur la réforme de la sécurité sociale. J’ai remarqué sur votre site web que vous indiquiez aux gens comment abandonner le système de sécurité sociale en oubliant leur propre  numéro de sécu ? Pouvez vous nous informer plus amplement ?

Certaines personnes vont jusqu’au bout en détruisant leur carte de sécu. A mon avis, ce n’est pas une solution pour la plupart des bâtisseurs de liberté, en particulier si ils dépendent toujours du « système » pour leurs revenus.

Vivre sans numéro de sécurité sociale requiert des connaissances et des savoir-faire légaux considérables, il en va de même que pour obtenir plusieurs sources de revenus dans le secteur de la libre entreprise. Pour autant je connais quelques personnes qui s’en sortent fort bien sans numéro de sécurité sociale.

Monsieur Mann, quelle est votre opinion sur le droit des individus à posséder des armes à feu ?

Le dernier obstacle à l’absolue tyrannie est la propriété privée des armes à feu. Les tyrans le savent et feront l’impossible pour interdire la possession individuelle des armes. Certains des Pères Fondateurs le savaient et c’est pourquoi le second amendement protège le droit à posséder une arme. Les Américains défenseurs de la Liberté devraient considérer le droit de détenir des armes à feu comme inviolable.

Monsieur Mann, quel est selon vous le plus grand obstacle à la liberté individuelle ?

Indubitablement le fait que tant d’amoureux de la liberté  consacrent leur journée de 9 heure à 17 heure pour travailler dans le secteur  privé, à promouvoir ainsi le système de tyrannie qui impose son joug au peuple.

Je pense que la plupart des activistes de la liberté travaillant dans le secteur  privé n’ont même pas pris en compte le degré auquel il apportent leur soutien au  système politique de coercition. Si ces gens pouvaient trouver le moyen de  devenir financièrement indépendants dans le secteur de la libre entreprise, non  seulement ils priveraient les tyrans d’une grande partie de leurs ressources  mais en plus, ils disposeraient de beaucoup plus de temps pour promouvoir la  liberté.

Monsieur Mann, vous suggérez aux défenseurs de la liberté de se  livrer au marché noir ou d’investir dans l’économie parallèle ? N’est-ce pas  dangereux pour eux ?

En réalité, il existe un aspect très important du pouvoir des  tyrans que la plupart des gens ne connaissent pas pleinement. La plus grande  partie du pouvoir des tyrans dépend de leurs sources d’information sur les  individus (et les entreprises).

Les gens du secteur privé produisent la majorité  de ces informations dont ils ont besoin. Les gens de la libre entreprises, par  définition, ne livrent aucune information aux tyrans (c’est la raison pour  laquelle les tyrans sont désireux de développer des mesures légales permettant  de connaître les clients des services privés bancaires).

Dans la mesure où vous  demeurez discret et prudent, vous pouvez encourir moins de risques dans la libre entreprise que dans le secteur privé.

Monsieur Mann, vous pensez qu’évidemment la stratégie de second niveau est supérieure à celle du premier dans laquelle plus d’activistes  s’engagent. Alors pourquoi en est-il ainsi ?

Du point de vue individuel l’inconvénient de la stratégie de niveau 1 est que vous pouvez consacrer beaucoup d’années – et beaucoup d’argent – en espérant plus de liberté dans un futur distant alors qu’en attendant vous demeurez dans les chaînes. Beaucoup d’activistes du premier niveau souffrent du manque de résultats de leur militantisme.

Le grand avantage de la stratégie  de niveau 2 est qu’elle vous permet de tirer rapidement les marrons du feu en profitant des bienfaits de la liberté – et profiter de la plus grande partie de votre argent.

Monsieur Mann, comment voyez-vous la situation future des USA et du monde en matière de liberté ?

J’espère que nous ferons bon usage du développement des institutions comme l’Internet, qui permettent de se libérer. Parallèlement, les tyrans deviendront plus désespérés et vicieux dans leurs tentatives d’enchaîner leurs victimes. Il pourrait y avoir plus de « Wacos ». Beaucoup de gens se situent sur la frontière entre liberté et esclavage. Alors que les tyrans deviendront plus vicieux et plus désespérés, une partie plus importante de la population sera poussée du côté de la liberté.

Ainsi, plus les tyrans deviennent répressifs, plus grands deviennent les bénéfices à échapper à la tyrannie. De leur point de vue, la violence est efficace et nécessaire pour les tyrans (bien sûr, elle s’orne d’autres motifs comme « sauver les enfants », etc…). Les tyrans reçoivent une violence en retour dans un sens économique. Tout comme les hommes d’affaire veulent un retour sur investissement, les tyrans veulent un retour sur violence.

Le peuple (au moins la partie dont le cerveau n’a pas été trop lavé) paie ses impôts pour éviter d’être violenté. Le retour sur violence des tyrans incluse la perception de ces impôts. vec l’arrivée d’Internet et d’autres institutions émancipatrices, il devient moins aisé pour les tyrans de contrôler leurs victimes et le retour sur violence diminue en conséquence. La plus grande partie de leur pouvoir dépend d’un retour sur violence en perte de vitesse. Ainsi, je crois à une grande avancée de la liberté, aussi bien en Amérique que dans le reste du monde pour ceux qui prennent l’initiative de se libérer et de bâtir leur liberté.

Les tyrans de par le monde opèrent en accord avec une constitution de fait. « Tout va bien … nous pouvons faire avec », et ils cherchent à donner en exemple le traitement réservé à ceux qui veulent construire leur liberté en leur appliquant un traitement à la Waco. Afin de contrôler ceux qui choisissent de demeurer prisonniers de leurs systèmes politiques coercitifs, les tyrans feront très probablement de leur mieux pour restreindre encore les aires de liberté.

Globalement je m’attends donc à une plus grande liberté pour ceux qui se libèrent eux-mêmes et moins de liberté pour ceux qui demeurent volontairement dans les chaînes.

Monsieur Mann, quels sont vos projets personnels ?

La priorité sur laquelle je travaille actuellement est d’améliorer la capacité des individus à devenir financièrement indépendant à l’écart des systèmes politiques coercitifs.

La prochaine priorité consiste à donner les moyens d’améliorer les capacités de réflexion du peuple, de le désaliéner.

Comment pensez-vous que l’étudiant moyen pourrait augmenter son aire de liberté ?

Développez un ou plusieurs courants d’affaires dans le secteur de la libre entreprise. Augmentez vos capacités de réflexion. Laissez tomber l’Université à la première occasion intéressante qui se présente et éduquez vous vous-même.

Encore un conseil pour les amis de la liberté ?

Apprendre à remettre en cause tout ce en quoi vous croyez, y compris ce que vous pensez sur la liberté, ensuite tout ce que vous savez devra être utile à la cause de la liberté et de son extension.

Merci beaucoup pour votre temps monsieur Mann. Ce fut un plaisir de discuter avec vous.

Je vous en remercie.

L’Ordre du Monde Libre et Terra Libra sont consultables sur http://www.buildfreedom.com/
J’ai apprécié votre coopération Monsieur Mann et j’attends avec impatience de nouvelles mises à jour de votre site.

John PRESTON
Young Americans for Freedom, avec autorisation pour la traduction


Publicités
Cet article, publié dans Institutions de la liberté, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s